Humeur de rentrée…

vendredi 17 septembre 2021
par  SUD Education 03

Cet article sous forme de billet d’humeur fait suite à une journée particulièrement chargée en messages et appels reçus au syndicats : AED, AESH, secrétaires, contractuels, titulaires ou non, 1er ou 2nd degré, toujours des témoignages de dysfonctionnement. Et la plupart n’existaient pas il y a encore quelques années.

C’est à l’aune des mails et des appels reçus au syndicat qu’on peut dire que cette rentrée se fait dans des conditions bien difficiles, qu’il n’y a rien de prêt pour faire face aux enjeux sanitaires et pédagogiques, que la seule réponse du ministère c’est toujours plus de précarité, de non respect des droits et de pressions voire d’autoritarisme.

Le dogme libéral "c’est pas un problème de moyens mais d’organisation" ne tient pas face à la réalité où le manque de moyens est justement la cause de la désorganisation.
On ne peut pas recruter des contractuels en laissant sur la touche la liste complémentaire du concours où il y a des personnes formées.

On ne peut pas balancer tout et son contraire sur les règles sanitaires.
On ne peut pas augmenter la charge de travail sans cesse avec des projets, des évaluations, des changements qui ne font pas sens dans notre quotidien professionnel.
On ne peut pas en faire plus avec moins : le don de soi des personnels ne peut pas être un mode de "gestion des ressources humaines".
On ne peut pas accepter les salaires gelés quand les chefs sont augmentés.
Contre tout cela, on doit dire à Blanquer et ses sbires qu’on veut pouvoir travailler tranquille et qu’ils nous fichent la paix. Et qu’ils nous augmentent, TOUS et POUR DE VRAI.

Il y aura la grève le 23 septembre prochain. Soyons nombreuses et nombreux à nous en saisir, à arrêter le travail.

Il y a le syndicalisme de lutte à renforcer, un syndicalisme sans fausse promesse qui met en avant la nécessité de se mobiliser collectivement. Car ce n’est que comme cela qu’on pourra avancer.

En grève, dans la rue, en rejoignant SUD éducation !