Marche blanche à la mémoire de Laurent Gatier, rassemblement à la mémoire de Christine Renon

mardi 8 octobre 2019
par  SUD Éducation 03

Samedi 12 octobre, une marche blanche à la mémoire de notre collègue Laurent Gatier, partira de la Place de Jaude à 10h. Il était professeur de service et commercialisation professionnel de Chamalières. Il a mis fin à ses jours le 9 septembre en laissant une lettre qui évoque les pressions de sa hiérarchie.

De plus, un rassemblement intersyndical a eu lieu jeudi 3 octobre devant la DSDEN à Clermont, comme dans de très nombreuses villes de France. C’était un hommage à notre collègue Christine Renon et une dénonciation des conditions de travail qu’elle a elle-même mises en cause pour expliquer son suicide. Une centaine de personnes était présente.
SUD éducation est intervenu pour dire que la souffrance au travail dans l’Education Nationale ne se limite pas aux directrices et directeurs d’école, qu’il fallait élargir la problématique à tous les personnels. Blanquer communique uniquement sur la problématique de la difficulté de la direction d’école et en profite pour ramener dans le débat les EPSF rejetées par la majorité des enseignant-e-s et contre lesquelles nous nous sommes mobilisé-e-s l’année scolaire dernière. De même, SUD Éducation s’oppose à recruter des personnels précaires (services civiques…) pour remédier à la surcharge de travail des directrices et directeurs. Nous réclamons plus de moyens, un nombre de remplaçants suffisant (notamment pour assurer les décharges), des recrutements d’enseignant-e-s.

La souffrance au travail existe bel et bien. Elle touche l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale, tous exposés à des conditions de travail pathogènes. Ces enseignant⋅e⋅s épuisé⋅e⋅s et stressé⋅e⋅s peuvent mettre fin à leur calvaire professionnel en mettant fin à leur vie. L’Éducation nationale, en tant qu’employeur, a des responsabilités, comme le prévoit le Code du travail, qui oblige ce dernier à « prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ».
Un CHSCTA extraordinaire s’est réuni ce lundi 7 octobre, SUD éducation était signataire d’une déclaration intersyndicale qui réclame des réponses concrètes et urgentes pour garantir la santé, l’intégrité morale et physique des personnels.