Pour une école ouverte à tous les élèves, soutenir les revendications qui le permettent

lundi 29 octobre 2018
par  SUD Education 03

SUD éducation a toujours milité pour que le maximum d’élèves puissent être scolarisés en milieu ordinaire, y compris bien sûr avec des adaptations. Depuis la loi de 2005, la scolarité des enfants en situation de handicap doit se dérouler prioritairement en milieu ordinaire. La loi d’orientation de 2013 affirme la mise en place d’une école inclusive. En 12 ans la scolarisation de ces élèves en milieu ordinaire a progressé de près de 80%. Ces logiques longtemps limitées au premier degré concernent aujourd’hui tout le système éducatif (14 000 élèves dans les ULIS du secondaire en 2008, plus de 37 000 aujourd’hui) même si le nombre d’ULIS en lycée reste insuffisant pour permettre au plus grand nombre un véritable parcours dans l’Ecole ordinaire. En classe ordinaire, en classe spécialisée ou en établissement spécialisé, ces orientations ont modifié la pratique de nos métiers.

Force est de constater que ce qui est présenté au ministère ou dans les académies comme une véritable révolution culturelle repose surtout sur le don de soi et sur l’explosion de la précarité des personnels. SUD éducation dénonce les temps partiels imposés aux AESH, comme nous dénonçons le recours aux « services civiques », quasi bénévolat qui vient remplacer l’emploi précaire. S’il peut paraître nécessaire d’inventer de vrais métiers pour accompagner les élèves en situation de handicap, il est indispensable d’accorder à ces métiers de vrais statuts et de vrais salaires. Cela reste une revendication pour SUD éducation, aux côtés de tous les personnels concernés.

Cette réalité nouvelle pour les élèves et pour les personnels s’accompagne de beaucoup de difficultés et l’administration regarde ailleurs, satisfaite des statistiques. On ne peut pas reprocher aux professionnels d’être en difficulté et, s’ils le sont parfois, c’est à cause de l’inconséquence ministérielle.
Rien, aucun grand plan de formation continue, n’a été prévu pour ce qui apparaît comme une évolution majeure de ces dix dernières années. Les missions des enseignant·e·s ont été modifiées sans que, jamais, on ne leur explique ce que l’on attend d’elles, d’eux.

Aucune réduction d’effectifs n’a été envisagée dans les classes pour permettre une qualité d’accueil et de prise en compte des besoins éducatifs de chacun.

Cela condamne assurément l’administration de l’Education nationale mais certainement pas la volonté, que nous partageons avec la majorité des collègues et de nombreuses associations de parents, de voir chaque enfant scolarisé le plus possible en milieu ordinaire. Nous ne partageons donc pas le point de vue des syndicats qui dénoncent une « inclusion systématique », tout simplement parce qu’il n’y a pas d’inclusion systématique et parce que les élèves, quels qu’ils soient, ne sont pas nos ennemis. Nous ne partageons pas davantage le choix de l’administration de réserver les ULIS Lycées aux seuls élèves capables de s’inscrire dans un CAP.

Nous continuons de penser qu’il faut mettre les moyens de l’éducation spécialisée au service d’une véritable école pour toutes et tous.

SUD éducation 63-03


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois