Quand la démagogie de Blanquer annule vos formations.

mardi 21 janvier 2020
par  SUD Education 03

pas de postes = pas de formation.

C’est son idée pour calmer les directeurs et directrices qui ne demandent ni un statut ni à être chef⋅fe, mais juste une reconnaissance pour leur travail, leurs heures et un peu plus de sens dans leur mission en les allégeant de la bureaucratie folle dont on les écrase (à cause des surpressions massives de postes dans l’administration et d’une gestion managériale néo-libérale imposée à la fonction publique).

L’idée avait son mérite démagogique : "donnons leurs quelques journées de décharge, et cela les fera bien taire !" car notre ministre comme celui des armées, préfère le silence à la clameur qui monte dans ses rangs.
Le pis-aller est le suivant : des journées de décharge jetées en pâture, hors de toute cohérence de calendrier (les directeur⋅rices en ont-ils⋅elles seulement besoin maintenant ? Cela allégera-t-il effectivement leur charge de travail ? Cela les soulagera-t-il du mal-être lié à leur mission ? Cela leur fera-t-il renoncer à envisager le pire ? ..)

Non bien évidemment, comme Blanquer sait si bien le faire, on amuse la galerie de BMF TV à RTL. Cependant, cette annonce serait presque risible si cela ne partait pas d’un drame humain insupportable qui prouve une fois de plus que le travail peut tuer, pour ceux qui voudraient un peu vite l’oublier.
Et très concrètement cela a un impact direct sur le terrain. Car dans un contexte d’indigence des postes ( -11 pour l’Allier à la rentrée prochaine) cela révèle tout de suite une chose simple : il n’y a plus de remplaçants.

Ainsi, des formations sont annulées. Nous avons demandé des informations à la DASEN sur ce point (mais sa réponse se fait attendre, comme une habitude. Viendra-t-elle seulement un jour ? ) dans la lettre ci-dessous.

Le comble :

  1. Les décharges réglementaires ne peuvent même pas se tenir faute de remplaçants, et ceci déjà sans les sorties intempestives du ministre .
  2. Les formations sont normalement présentées en CAPD, depuis la rentrée il n’y en a eu aucune. La loi de modernisation aura au moins permis ceci : plus aucune information et plus aucune possibilité d’interpeller notre chef⋅fe sur ce genre de sujet.
    Des formations même pas présentées déjà annulées ! Les annulations sont devenues une rengaine habituelle au fil des années, mais on a atteint des sommets dans l’affirmation que les formations n’ont aucune importance pour notre hiérarchie.

Résultat d’annonces démagogiques, coupées du terrain, dans un contexte de purge permanente des postes :
fin des formations
fin des remplaçants

Qui peut parler de vouloir la réussite pour tous dans ce contexte ? De la cour des comptes à l’enquête PISA ( et ce n’est pas SUD qui le dit) tous énoncent clairement que la France ne forme pas ses enseignant⋅es et que c’est une des causes notables des échecs de notre système. La formation enseignante est un levier de réussite pour les élèves et permet aux enseignant⋅es une meilleure appréhension de leur métier donc de meilleures conditions de travail. Le mensonge ministériel est permanent, la machine à extirper les élites et à trier socialement les élèves pendant ce temps, continue son office.

Il n’y a pas le choix, cette vision du monde Blanquer-Macronienne nous devons la combattre.