Retraites : 4 mensonges et un enterrement

mercredi 25 septembre 2019
par  SUD Éducation 03

En plein mois de juillet, le gouvernement a rendu public le cadrage du projet sur les retraites. Il prépare maintenant le projet de loi. Il veut organiser un nouveau “débat citoyen”. Pourtant le projet n’a pas bougé depuis la mise en place du Haut commissariat, malgré la prétendue concertation, et le fait que la majorité des syndicats y est opposée.

1) “Ça sera plus juste”

La “justice” pour le gouvernement, c’est moins de droits pour tout le monde… car c’est bien cela qui se passerait :

Le départ à 62 ans serait encore possible certes, mais avec une décote de 10%, ce qui équivaut à 14,1 % de moins que pour un départ à 64 ans (âge qui pourra augmenter chaque année). Le but est donc d’inciter un départ du plus grand nombre de personnes après 62 ans.
Calcul de la retraite sur la totalité de la carrière et pas seulement sur les meilleures années ou à partir de la situation des 6 derniers mois.
La pension de chaque génération dépendrait de l’espérance de vie de cette génération, mais en moyenne un cadre vit 6 ans et demi de plus qu’un ouvrier.
Les indépendant-es cotiseront bien moins que les salarié-es, mais pourront avoir droit à un minimum de pension identique.
Les hauts salaires, les salarié-es des grandes entreprises… bref les pluas aisé-es bénéficieraient de nouveaux avantages fiscaux pour une retraite complémentaire par capitalisation.

En réalité, si le gouvernement a renoncé, pour ne pas faire de vagues, à augmenter tout de suite la durée de cotisation nécessaire pour partir à taux plein ou à reculer l’âge de départ, il envisage sérieusement de le faire après le vote du projet de loi pour limiter les dépenses budgétaires. Ce sont toujours les mêmes qui seront encore plus défavorisées par ce qui représente un véritable désengagement de l’Etat vis-à-vis du financement de nos retraites.

2) “Ce sera plus transparent”

Aujourd’hui la situation est loin d’être parfaite mais on sait au moins quels sont nos droits en fonction de nos cotisations. Demain :

Les droits bougeront en fonction des valeurs d’achat et de service du point, valeurs déterminées chaque année par le gouvernement… selon des critères peu clairs.
Les droits diminueront en fonction de l’espérance de vie à de chaque génération (avec une plus ou moins grande décote).
L’indexation des droits acquis se fera sur les salaires moyens (mais le passage serait progressif, avec une indexation actuellement prévue sur l’inflation).

Lire la suite…